A-2010/N°11 – Le droit de manifester en péril

Du 27 septembre au 2 octobre 2010 s’est tenu, à Bruxelles, un camp « No Border », rassemblant des personnes venues de toute l’Europe pour mettre en question et en perspective la notion de frontières, ainsi que celle, en découlant, de la gestion par les autorités des flux migratoires. Heureuse initiative s’il en est, le traitement de l’immigration étant encore et toujours, en nos contrées et de nos jours, subordonné à des « évidences » à tendances xénophobes et pragmatiques ne souffrant que très peu la contradiction, en tout cas dans les media « mainstream ». La preuve en est la répression qui s’est abattue sur les participants à cette rencontre, qui avaient le mauvais goût de manifester des opinions subversives, sur un mode considéré préventivement comme radical et potentiellement violent.


par Renaud de Mot

Cette entrée a été publiée dans Analyses et études 2010, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>