A-2010/N°09 – Comment concilier la cohésion sociale d’un État et la reconnaissance des droits des minorités ethniques et religieuses ?

L’immigration est dorénavant devenue une réalité de la nouvelle Europe. Celle-ci comprend 19 millions d’étrangers, soit 5% de sa population et plus de 6 millions ont acquis la nationalité européenne. D’un point de vue, politique et médiatique, l’immigration constitue un problème, notamment de régularisation, d’intégration et de confession. Cependant, pour améliorer les choses, il faudrait rompre avec l’actualité afin de resituer la question avec une rigueur sociologique. À présent, une question importante se pose : Comment concilier la cohésion sociale d’un État et la reconnaissance des droits des minorités ethniques et religieuses ? Avant de tenter d’y répondre, il semble important de définir la cohésion sociale et d’aborder très brièvement certains modèles de politique d’immigration afin de comprendre la genèse de l’immigration en Europe. Autrement dit, diagnostiquons le « problème », si cela en est un, avant de proposer le « remède ».


par Cemile TeTik

Cette entrée a été publiée dans Analyses et études 2010, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>